Topos rencontre amoureuse littérature


commentaires

Ecrit en , Le Rouge et le Noir raconte l'évolution sociale d'un jeune homme pauvre mais cultivé et ambitieux: Julien Sorel. Ce texte se situe au début du roman alors que Julien se présente au domicile des de Rênal pour une place de précepteur. Il vient de recevoir une gifle de son père au moment où commence le texte. La rencontre, inattendue, donne lieu à une confusion d'identité qui sera à l'origine des sentiments de Madame de Rênal: A travers une lecture méthodique nous étudierons ce texte selon trois axes: Ce nouvel épisode de rencontre amoureuse repose sur un effet de surprise, un quiproquo même puisque Mme de Rênal ne réalise pas tout de suite à qui elle a affaire.

L'auteur emploie toute une série de points de vue afin de réaliser un double portrait des protagonistes. L'importance des regards est mise en évidence par l'emploi de verbes qui s'apparentent à l'action de voir ou à celle de regarder. Il y a de plus une alternance entre les deux personnages: Mme de Rênal voit Julien sans être vue, puis est découverte, le regard devient alors réciproque: On peut remarquer qu'au sein de ces occurrences il y a variation des temps et des modes.

A l'indicatif, le passé simple souligne le caractère soudain de la première vue. L'imparfait , par opposition, souligne une action qui dure. Ce simple jeu sur les temps et les modes permet de faire ressortir l'organisation même de la rencontre. Le premier verbe a pour sujet: Mme de Rênal. Le verbe VOIR l. L'importance du regard est, de plus, confirmée par une précision que donne Stendhal l. Ce jeu des regards va déterminer une alternance et permettre à Stendhal une présentation plus rapide et plus précise des deux personnages.

Le deuxième portrait est beaucoup plus rapide et nous donne quelques précisions sur ce que perçoit Julien. Nous étudierons donc maintenant ce double portrait. Les jeux des regards permettent à Stendhal une présentation des personnages en deux portraits. L'ensemble des détails constitue un véritable portrait.

Celui-ci est fait en plusieurs étapes selon les détails captés:. Ce groupe nominal est lui-même précisé par 3 caractérisations qui insistent toutes 3 sur sa fragilité. On note deux termes modifiés par des adverbes: Ces trois caractérisations font du jeune homme une attendrissante apparition. C'est cet aspect vulnérable qui est à l'origine de l'erreur de Mme de rênal: On remarque que le texte reprend à plusieurs reprises cette image d'hermaphrodite chez Julien:.

On peut penser alors à ce que disait Karl Gasper Jung, disciple de Freud dans L'Homme et ses symboles pulsions de vie: Il y a chez Julien une prédominance du principe féminin. Elle est perçue lorsque Julien, après avoir répondu à la question, regarde son interlocutrice. Cette image est exprimée sous une forme très élogieuse. Les adverbes d'intensité: Le Rouge et le Noir est un roman d'apprentissage, dans le domaine sentimental et érotique également..

Les deux personnages sont étonnés par cette rencontre, émus et métamorphosés mais ni de la même manière ni pour les mêmes raisons. Elle se manifeste par des étapes successives, soulignées par des actions, puis par une fascination qui lui fait perdre la mémoire. Ce choc s'explique chez Julien par un manque total d'expérience dû surtout à son jeune âge mais cette fascination est-elle celle qu'il ressent pour Mme de Rênal ou pour ce qu'elle symbolise?

N'oublions pas que la première chose qui attire Julien c'est sa tenue Mme de Rênal a plusieurs réactions successives, étroitement liées à la question de l'identité de Julien. On note que cet état est exprimé au passé simple, ce qui en souligne la brutalité. A cet état succède enfin, contre toute attente, une véritable explosion de joie. Cette dernière réaction s'explique par la juxtaposition presque grotesque de deux images: Cependant, l'émotion de Mme de Rênal est surtout ici liée à sa propre erreur et à son soulagement de mère.

Etrangement peut-être, cette scène de rencontre empreinte d'une grande émotion ne révèle pas de sentiments très précis, l'attirance est évidente mais rien ne laisse vraiment présager de la suite de leur relation. Dans le passage qui suit, Marianne est à l'église. Elle observe l'assistance et l'effet qu'elle y produit. C'est alors qu'elle remarque un jeune homme intéressant Parmi les jeunes gens dont j'attirais les regards, il y en eut un que je distinguai moi-même, et sur qui mes yeux tombaient plus volontiers que sur les autres.

J'aimais à le voir, sans me douter du plaisir que j'y trouvais; j'étais coquette pour les autres, et je ne l'étais pas pour lui; j'oubliais à lui plaire, et ne songeais qu'à le regarder. Apparemment que l'amour, la première fois qu'on en prend, commence avec cette bonne foi-là, et peut-être que la douceur d'aimer interrompt le soin d'être aimable. Ce jeune homme, à son tour, m'examinait d'une façon toute différente de celle des autres: Les autres applaudissaient ouvertement à mes charmes, il me semblait que celui-ci les sentait; du moins je le soupçonnais quelquefois, mais si confusément, que je n'aurais pu dire ce que je pensais de lui, non plus que ce que je pensais de moi.

Tout ce que je sais, c'est que ses regards m'embarrassaient, que j'hésitais de les lui rendre, et que je les lui rendais toujours; que je ne voulais pas qu'il me vît y répondre, et que je n'étais pas fâchée qu'il l'eût vu. Enfin on sortit de l'église, et je me souviens que j'en sortis lentement, que je retardais mes pas; que je regrettais la place que je quittais; et que je m'en allais avec un coeur à qui il manquait quelque chose, et qui ne savait pas ce que c'était.

Je dis qu'il ne le savait pas; c'est peut-être trop dire, car, en m'en allant, je retournais souvent la tête pour revoir encore le jeune homme que je laissais derrière moi; mais je ne croyais pas me retourner pour lui. Le roman a été publié en plusieurs étapes, et reste inachevé. Le récit de cette rencontre met en relief l'importance accordée par la narratrice à un personnage parmi d'autres.

Ce récit se complète d'une analyse précise et subtile que Marianne fait de ses sentiments et de son" jeu ". En véritable maître du théâtre, Marivaux met en scène une rencontre amoureuse en privilégiant l'aspect visuel.

Dans une lecture méthodique on pourra étudier les protagonistes, puis le jeu des regards entre ces personnages et enfin la naissance du sentiment amoureux. Dès le début du texte, la narratrice fait exister un groupe de personnages déterminés uniquement par rapport aux effets qu'elle produit sur eux: Petit à petit leur dénomination se fait plus floue: Il faudrait ainsi comprendre l'utilité des " autres " comme des faire-valoir, un groupe qui permet d'isoler davantage l'objet d'attention puis de désir.

Preuve en est la disparition totale de ces personnages lorsque l'effet de la rencontre est connu, quand Marianne part, elle se retourne pour ne plus voir qu'une personne: La focalisation interne permet d'analyser les différentes étapes de la rencontre, ainsi même s'il n'y a pas de description du jeune homme, son apparition se fait progressivement, il se singulariseÖ.

D'abord par la volonté même de la narratrice: Ce jeune homme n'existe donc d'abord que par le regard de la narratrice.. A partir de " Ce jeune homme à son tour m'examinaitÖ " les regards se font réciproque et le jeune homme se singularise davantage. La progression est évidente jusqu'à " sentait ".

La narratrice a un comportement assez ambiguë par rapport à l'amour. D'un côté elle se définit comme quelqu'un qui aime jouer de ses charmes: Ces quelques exemples semblent mettre en scène une libertine soucieuse de provoquer le désir chez les hommes et fière de le provoquerÖCependant, elle est aussi totalement inexpérimentée quant au sentiment amoureux: C'est la sincérité des émotions qui implique la sincérité du comportement et révèle le sentiment amoureux.

La fin du passage fait plus penser à une jeune fille très sage, timide qui part de l'Eglise, un regard très gêné derrière elle, on est loin du début et des " applaudissements ". Son nom est à l'origine du nom " marivaudage " qui rend hommage à la finesse de l'analyse des personnages mais aussi à la subtilité du langage. Diderot en parlant des écrivains " qui ont l'imagination vive ", comme Marivaux a dit dans La Lettre sur les Aveugles: Si Diderot pouvait penser au théâtre, sa citation semble pouvoir s'appliquer à ce texte tant le style traduit la sincérité des sentiments.

La fin même de ce texte est un regard, celui que la narratrice porte en se retournant en partant: Assez rapidement, ce jeu des regards devient réciproque. Au début c'est le regard de la narratrice qui isole le jeune homme comme on l'a vu: L'imparfait souligne ici la régularité, la répétition du phénomène et le verbe " tomber " semble donner au hasard une part qui ne lui revient peut-être pas, ce hasard étant annulé par la répétitivité du regard.

Il y a même une sorte d'inversion des rôles, l'observateur devient observé et en est même gênée: Ligne 21 à 24 passage dans lequel réside toute la confusion des sentiments et que nous étudierons plus précisément dans la dernière partie. Marivaux reprend ainsi toute une tradition classique qui définit le regard, les , comme siège du sentiment amoureux. Dans le texte, la révélation est assez rapide lorsqu'au début la narratrice dit: Notons cependant que le passage au présent prouve la distance temporelle qui sépare le moment de la rencontre du moment de l'écriture, la narratrice revient sur des faits passés lorsqu'elle raconte cette rencontre et peut donc, très tôt analyser les effets.

Cette phrase, incise dans le schéma narratif, est encadrée par deux verbes significatifs: Ces deux verbes ont pour sujets les deux protagonistes, ils prouvent la réciprocité des regards et en encadrant la réflexion sur l'amour montrent la naissance réciproque du sentiment amoureux. Les circonstances de la rencontre renforcent ce que Marivaux affirmait déjà dans deux titres de pièces. La situation est exceptionnelle et refuse toute préméditation, comme le prouve l'emploi du passé simple au début. Ce passé simple est encadré par deux imparfaits, ce qui accentue la rapidité du phénomène.

Ce n'est que la distanciation entre le moment de l'écriture et le moment de la rencontre qui permet d'analyser la naissance de ce sentiment, les choses vont trop vite -cette distanciation a déjà été montré à la ligne 10, elle est également présente dans " et je me souviens " ligne C'est à partir de ce " souviens " que l'interprétation des comportements ne laisse aucun doute: La situation qui a provoqué la rencontre est donc exceptionnelle, rien ne pouvait prévoir cette naissance du sentiment amoureux.

Catégories

Au début du texte la narratrice parle davantage de sensations que de sentiments, c'est le plaisir qui domine mais un plaisir très superficiel. Cette superficialité est montrée dans " " j'oubliais à lui plaire et ne songeais qu'à le regarder ", c'est dire que ce souci de plaire, ce plaisir de plaire n'est qu'un jeu auquel la narratrice a l'habitude de jouer.


  1. rencontre avec une femme indienne.
  2. escort guide in london.
  3. Topos (littérature).
  4. rencontre dans ma ville?

Le doute qui s'installe chez la narratrice quant à l'interprétation des regards du jeune homme prouve l'émergence de sentiments qu'elle ne contrôle pas. La syntaxe même illustre cette perte de contrôle avec le passage lignes 21 à 24 qui multiplie les propositions subordonnées huit occurrences du subordonnant QUE. L'amour est assumé dès le départ de l'Eglise: A la fin du texte le couple est constitué sans qu'on sache plus de choses sur le jeune homme puisqu'il n'y a eu aucune description.

La prétérition reconnue dans. Je dis qu'il ne le savait pas ; c'est peut-être trop dire ". Le souvenir ralentit même les gestes phénomène bien connu du cinémaÖ "lentement ", " retardais " et accentue le sentiment de manque, de regret peut-être même. C'est encore le décalage temporel qui permet à la narratrice d'élucider les motivations de ses actes et de reconnaître que le charme a agi même si elle tente de se cacher la vérité: Cette rencontre reprend donc certains éléments très traditionnels dans la littérature quant au thème de la rencontre amoureuse.

L'originalité réside peut-être dans le fait qu'on ne sait rien du jeune homme, même après la rencontre et que Marivaux a parfaitement su, grâce à l'écriture, traduire le trouble dans l'esprit de Marianne, à partir de simples regards. Il écrivait: Texte 4: Sylvie est la plus célèbre des Nouvelles de Nerval de son vrai nom Gérard Labrunie. Publiée en août , elle fut l'année suivante incluse dans le recueil des Filles du feu. Adrienne, la noble religieuse sublimée en sainte chrétienne ; Aurélie alias Jenny Colon, la maîtresse de Nerval , la comédienne transformée en déesse infernale ; Sylvie enfin, la petite paysanne du Valois de l'enfance de Gérard.

Dans le chapitre II de "Sylvie", nouvelle d'inspiration autobiographique, le narrateur se remémore sa première rencontre avec une jeune fille nommée Adrienne. Les circonstances de cette scène champêtre en font une sorte de cérémonie magique.

Analyser un texte réaliste - Français - Seconde - Les Bons Profs

J' étais le seul garçon dans cette ronde, où j'avais amené ma compagne toute jeune encore, Sylvie, une petite fille du hameau voisin, si vive et si fraîche, avec ses yeux noirs, son profil régulier et sa peau légèrement hâlée Je n'aimais qu'elle, je ne voyais qu'elle jusque-là. A peine avais - je remarqué, dans la ronde où nous dansions, une blonde, grande et belle, qu'on appelait Adrienne.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

Toutes ces pages sont empreintes de beauté, d'émotions, de sensibilité: La perception tient une grande place dans ces extraits, la perception visuelle mais aussi parfois la sensation olfactive, un parfum, ou le sens auditif, une voix qui charme et séduit. Je révise actuellement pour le bac de français et ai pour étude d'ensemble le topos de la rencontre amoureuse dans le roman. Votre page me sera donc utile à mes révisions et je vous en remercie. Bonne journée!

CORPUS TOPOS UNE RENCONTRE AMOUREUSE

Vraiment ravie que cet article puisse être utile à une étudiante qui prépare le bac On peut aussi étudier dans une scène de rencontre le point de vue ou la focalisation: Souvent, il s'agit d'une focalisation interne Bonne soirée. Beaucoup de site web propose des services de rencontre mais une nouvelle façon de faire des rencontres en ligne existe aujourd'hui avec le service de rencontre amoureuse en ligne de http: Ce service de rencontre vous propose une solution de rencontre en ligne avec un coaching d'experts qui vous conseillent avec les méthodes plus proche de vous: Skype , appel téléphone sur mobile , Email.

Les experts de 2amoureux. Les Abonnés V. P de http: Ce Ronsard est dangereux! Beau poème toutefois Je suis en retard avec la culture poétique, j'ai téléchargé un livre avec poèmes français et un autre avec les poésies complètes de Rimbaud Ah et un autre avec des expressions grèques et latines. Bises Rosemar. Oui, enfin, c'est de la littérature, ne l'oublions pas! Bonnes lectures! Bises du sud, LH. Un dernier détail Rosemar au sujet de Lucien Leuwen. La première rencontre entre Lucien Leuwen et Mme de Chasteller Il tombe de son cheval!!!

Stendhal qui ne connaissait pas encore Freud qui n' existait pas savait, de manière intuititive tout ce que peuvent révéler les lapsus Tomber de notre cheval, c' est exactement ce que nous faisons quand nous sommes sous l' effet d' un coup de foudre Bon WE l' amie Merci pour ce rappel: Bonjour Rosemar En lisant ta réponse, je me suis rendu compte qu' effectivement je suis passé à côté de Flaubert.

J' avais lu ses 3 contes qui ne m' ont pas marqué, et Madame Bovary me tombait des mains Le grand maître.. J' ai l' impression probablement fausse, que j' ai un peu passé l' âge pour me lancer dans la lecture de l' éducation sentimentale et de ces ces folles passions amoureuses Je reviendrai donc peut-être vers Flaubert en cherchant la bonne porte d' entrée. Par ailleurs, en ce qui concerne la littérature latine, je suis parfaitement ignorant et d' ailleurs je me demande même s' ils avaient une approche de l' amour voisine de la nôtre qui continue de rester très très romantique, qu' on le veuille ou pas Comment aimaient les latins?

Y' a t' il par exemple, des histoires romaines de folles passions amoureuses???

topos de la rencontre amoureuse def

Chez les grecs on a Orphée et Eurydice mais ces histoires semblent très académiques Bon samedi. Flaubert peut rebuter par certains côtés: Je pense que les latins pouvaient être des gens passionnés et romantiques Bonne soirée AJE. Le coup de foudre existe-t-il vraiment? Dans la littérature, au cinéma, bien sur, mais dans la vie? Etre ébloui par la beauté d'une femme, être attiré, oui , mais dès la première rencontre avoir le coeur qui s'accélère, la sensation d'avoir chaud, perdre l'appétit, le sommeil, c'est une chose que je n'ai jamais connu.

Il m'a toujours fallu au minimum quelques jours pour être dans cet état. Il y a aussi un autre thème très présent en littérature et au cinéma, les histoires d'amour qui commencent pas une haine réciproque. Et ça existe aussi dans la vie!

Groupement de textes

Bises et bon week-end Rosemar. Le coup de foudre existe mais il peut être trompeur. En tous cas, c'est un magnifique thème littéraire qui donne lieu à des pages émouvantes, sensibles. Un amour qui naît de la haine? Bises du sud.

topos rencontre amoureuse littérature Topos rencontre amoureuse littérature
topos rencontre amoureuse littérature Topos rencontre amoureuse littérature
topos rencontre amoureuse littérature Topos rencontre amoureuse littérature
topos rencontre amoureuse littérature Topos rencontre amoureuse littérature
topos rencontre amoureuse littérature Topos rencontre amoureuse littérature
topos rencontre amoureuse littérature Topos rencontre amoureuse littérature

Related topos rencontre amoureuse littérature



Copyright 2019 - All Right Reserved